EXSITU

https://exsitu.xyz

Collectif d'artistes-chercheurs
Depuis 2010, ExSitu confond recherche et créativité dans une quête sensible à la frontière entre arts et sciences. En empruntant à la science et au numérique ses outils ou méthodes, il s’agit non seulement d’en explorer la potentielle poésie, mais aussi de questionner leurs usages et leur accessibilité.

Suivant la conviction que “savoir” et “nature” sont des biens communs, ExSitu intègre au cœur de sa démarche les valeurs et contraintes du la culture du Libre. La fabrication des outils fait alors partie du processus de création, brouillant la distinction entre atelier et laboratoire, entre documentation et exposition.

Initiée par les artistes-chercheurs Barthélemy Péron et Fanch Dodeur, cette recherche continue les réunit depuis 2010, au cours de résidences, workshops, ateliers, et autres laboratoires temporaires.

LOLAB accueille le collectif EXSITU d'octobre 2020 à mai 2021, au sein de l'Atelier, dans le cadre de la création de l'exposition Back Up.

Tout au long de la résidence, nous proposerons, des temps d'ouvertures d'atelier et de rencontres avec les artistes.

à suivre...

PROJET « BACKUP »

https://exsitu.xyz/doku.php?id=portfolio

Un rituel est venu rythmer l’activité de notre atelier nomade : la collecte quotidienne sur une période de trois ans, de 1000 petits objets de natures diverses, le plus souvent trouvés sur le bord de la route, ainsi que le relevé systématique des données qui leur sont associés (date, coordonnées GPS, altitude, kilométrage, poids, taille, couleur, etc…)

Boite noire du projet, journal de bord matérialisé ou cabinet de curiosité nomade à l’ère du technocène et du numérique, cette installation multimédia dont l'esthétique s'inspire volontairement de celle des data-centers, abrite, explore et ré-agence une base de données résultante d'un travail systématique et rigoureux de longue haleine.

1000 objets réels côtoient leurs homologues virtuels, et de leurs interactions découlent une forme évolutive et animée qui tente inlassablement et en vain, de défragmenter et ranimer la mémoire de Geocyclab.

Son langage, fait d'événements lumineux, sonores, et visuels, dévoile de manière sensible et immersive les traces de la relation que l'humain d'aujourd'hui entretient avec le monde.